Ioannes Franciscus Champollion

E Vicipaedia
Salire ad: navigationem, quaerere
Ioannes Franciscus Champollion a Leone Cogniet anno 1831 pictus

Ioannes Franciscus Champollion (-nis[1] aut indeclinabile[2]) seu Champollio[3] (Jean-François Champollion le jeune; natus Figiaci die 23 Decembris 1790; mortuus Lutetiae die 4 Martii 1832) fuit primus litterarum hieroglyphicarum interpres; textus enim Aegyptius tabulae Rosettanae primum legit. Fuit socius Academiae Inscriptionum et Litterarum Humaniorum.

Opera[recensere | fontem recensere]

  • 1814 : Bajazet Textus apud Wikisource
  • 1814 : L'Égypte sous les pharaons, ou, Recherches sur la géographie, la religion, la langue, les écritures et l'histoire de l'Égypte avant l'invasion de Cambyse. 2 voll. Lutetiae: De Bure
  • 1821 : "De l'écriture hiératique des anciens Egyptiens"
  • 1822 : Lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques Textus
  • 1822 : "Extrait d'un mémoire relatif à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques égyptiens" in Journal des savans (Oct. 1822) pp. 621-628 Textus
  • 1823 : Panthéon égyptien, collection des personnages mythologiques de l'ancienne Égypte, d'après les monuments, avec un texte explicatif. Lutetiae: Firmin-Didot Textus
  • 1824 : Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens. Lutetiae, 1824 Textus
  • 1824-1826 : Lettres a M. le duc de Blacas d'Aulps ... relatives au Musée royal égyptien de Turin. Lutetiae
  • 1828 : Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens. 2a ed. Lutetiae: Imprimerie Royale, 1828 Textus
  • 1828–1829 : Lettres écrites d'Égypte et de Nubie en 1828 et 1829 Textus apud Gutenberg
Opera a fratre Iacobo Iosepho Champollion collecta et edita
  • 1833 : L'obélisque de Louqsor, transporté à Paris: notice historique, descriptive et archaéologique sur ce monument; avec la figure de l'obélisque et l'interprétation de ses inscriptions hiéroglyphiques, d'après les dessins et les notes manuscrites de Champollion le jeune. Lutetiae: Firmin-Didot Textus
  • 1836-1841 : Grammaire égyptienne, ou principes généraux de l'écriture sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée. Lutetiae: Firmin-Didot Versio interretialis
  • 1841-1843 : Dictionnaire égyptien en écriture hiéroglyphique ; publié d'apres les manuscrits autographes. Lutetiae: Firmin-Didot
Editiones epistularum et ephemeridum
  • 1897 (L de la Brière, ed.) : Champollion inconnu: lettres inédites. Lutetiae
  • 1909 (Hermine Hartleben, ed.) : Lettres de Champollion le jeune. 2 voll. (Vol. 1: Lettres écrites d'Italie; vol. 2 Lettres et journaux écrits pendant le voyage d'Égypte.) Paris: Leroux Textus vol. 1[4]
  • 1978 (Edda Bresciani, ed.) : Lettres à Zelmire.[5] Lutetiae: L'Asiathèque
  • 1984 (Pierre Vaillant, ed.) : Lettres a son frère, 1804-1818. Lutetiae: L'Asiathèque

Notae[recensere | fontem recensere]

  1. Inscriptio in Museo Turinensi, 1832 (cf. Chronique de la quinzaine):
    HONORI. ET. MEMORIAE
    JOANNIS. FRANCISCI. CHAMPOLLIONIS.
    QUI. ARCANAE. AEGYPTIAE. SCRIPTURAE
    RECONDITAM. DOCTRINAM. PRIMUS. APERUIT
    MONUMENTA. AEGYPTIA.
    RÉGIS. VICTORII. EMANUELIS. LIBERALITATE
    CONQUISITA
    IN. HIS. AEDIBUS. DOCTE. INVISIT. SCRIPSIT. ILLUSTRAVIT
    MODERATORES. REI. LITTERARIAE
    STATIM. AC. DE. MORTE. CELEBERRIMI. VIRI. NUNTIATUM. EST
    MENSE. MARTIO. AN. MDCCCXXXII
    CIPATUS. REGIS. CAROLI. ALBERTI. SECUNDO.
  2. Nomenclator Literarius Recentioris Theologiae Catholicae 3.4.5 (1886) p. 800
    In ер. cuidam discipulo inscripta ed. 1834. absque auctoris nomine dehortatur s. Scripturae studiosos, ne nimis tribuant interpretation! hieroglypharum Celebris Champollion pro exegesi biblica. Erat Joannes Franciscus C h a m p o l l i o n (n. 1790., † 4. Mart. 1832.) vir apprime eruditus in linguis orientalibus et antiquitatibus aegyptiacis, quarum illustrationi totum se impendit. Indefessa sagacitate et scrutandi studio inscriptiones hieroglyphicas interpretari est conatus clavemque se demum pro earum explicatione reperisse est gloriatus.
  3. Brugsch, Inscriptio Rosettana, 1851, pp. 1—2:[1]
    Sæculi enim hujus et initium usque quum cognitio hieroglyphorum, quibus veteres Aegyptii in sacra dialecto scribenda utebantur, densissimis tenebris scateret, ita quidem ut fere omnia, quæ antea vel eruditissimi hommes summo ingenii acumine explorasse sibi visi sunt, si hodie forte legimus risum vix tenere possimus: hoc lapide detecto postquam omnium animi ad spem enucleandi tandem istud monstruosum et perplexum per tot sæcula quasi involucris involutorum genus signorum arrecti sunt, unus vir Champollio Francogallus exstitit, qui mira sagacitate incredibilique studio adjutus totam hieroglyphorum rationem nulla fere parte relicta luce clarius explanavit et exposuit.
  4. Extractum e notis vol. 1 p. 189 huius libri: "Peut-être pour ne pas rappeler à son frère une scène déplorable, que celui-ci avait eue, en 1816, avec S. de Sacy, à cause de David Âkerblad, Champollion ne mentionne pas, ici, l'émotion profonde, qui l'avait saisi en entendant parler, dans cet atelier même, des malheurs multiples de l'archéologue et orientaliste suédois, des recherches duquel, pour le déchiffrement du démotique, il avait eu une idée plus juste que Sacy et surtout Thomas Young. Celui-ci, par ses railleries amères, avait même causé le silence prématuré et fort regrettable d'Akerblad, succombé, en 1819, à ses infortunes imméritées."
  5. i.e. Angelica Palli-Bartolommei

Bibliographia[recensere | fontem recensere]

  • Michael Klonovsky, Der Ramses-Code. Berolini: Aufbau-Verlag, 2001. ISBN 3-352-00575-3 [Mythistoria de Champollion et de interpretatione hieroglyphicorum]


David's face Haec stipula ad biographiam spectat. Amplifica, si potes!